Maisons closes à Genève : ce qu’il faut retenir

Genève, la métropole suisse renommée pour ses montres et son secteur financier, offre également une variété de divertissements destinés aux adultes. Parmi ces destinations de détente, les maisons closes prennent une place significative après la tombée de la nuit à Genève. Cet article vous invite à plonger dans l’univers des établissements de ce type à Genève, en mettant en lumière leurs caractéristiques spécifiques, le profil des personnes travaillant dans l’industrie du sexe et les modalités de travail auxquelles elles font face.

Quelle est la réglementation légale entourant les maisons closes à Genève ?

La légalisation des maisons closes à Genève remonte à 1942. Le pays abrite divers types d’établissements reliés au travail du sexe, tels que les salons de soins érotique, les bars à champagne et les maisons closes.

Cependant, chaque établissement de ce genre est assujetti à une norme stricte qui vise à assurer la sécurité des travailleurs du sexe. Les travailleuses dans ce secteur doivent être enregistrées et sont tenues de subir des examens médicaux réguliers pour garantir leur bonne santé ainsi que celle de leurs clients.

Comment fonctionnent les maisons closes à Genève ?

Ces établissements se composent habituellement de plusieurs salles dans lesquelles les professionnelles du sexe reçoivent leur clientèle. Ils offrent un environnement sécurisé et discret, assurant la confidentialité des professionnelles et de leurs clients.

Lisez aussi cet article :   Quels sont les acteurs les plus riches du monde ?

Plusieurs maisons closes offrent également des espaces communs, où les clients peuvent s’étendre avant ou après avoir passé du temps en compagnie d’une travailleuse du sexe.

Quel est le coût des services ?

Les coûts des services dans les établissements liés au sexe à Genève varient en fonction de la durée voulue par le client et des services proposés. En règle générale, les tarifs commencent par 130 euros pour une demi-heure.

Il faut souligner que les professionnelles du secteur ont la liberté de fixer leurs propres tarifs et de définir les services qu’elles proposent.

A quel profil correspondent les professionnelles du sexe dans les maisons closes à Genève ?

Les femmes travaillant comme professionnelles du sexe dans ce type d’établissement à Genève ont des origines diverses. On y retrouve des femmes suisses ainsi que des femmes originaires d’Europe et d’autres régions. Les motivations qui les emmènent à exercer cette profession varient également : certaines choisissent ce métier par désir de liberté et d’indépendance financière, alors que d’autres y sont contraintes en raison de difficultés économiques ou sociales.

Il convient de mentionner qu’il existe aussi des professionnelles du sexe qui travaillent indépendamment, et ne sont pas associées à un établissement. Généralement, ces femmes louent des appartements privés pour rencontrer leurs clients et définissent elles-mêmes les modalités de leur activité.

Quelles sont les modalités de travail dans les maisons closes à Genève ?

Bien que la législation suisse assure une certaine sécurité et hygiène aux travailleuses du secteur, les conditions de travail varient d’une institution à l’autre. Des témoignages évoquent la contrainte appliquée par les responsables pour augmenter les revenus, ainsi que la compétition intense entre les professionnelles.

Lisez aussi cet article :   Quels sont les hommes les plus riches du monde ?

Il est crucial de souligner que les travailleuses du domaine méritent le même niveau de respect que tout autre professionnel. Les clients sont tenus de se conformer aux restrictions fixées par les travailleuses et d’adopter un comportement courtois. De plus, l’usage de préservatifs est exigé lors de toute relation tarifée en Suisse, visant à préserver le bien être des travailleuses et de leurs clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *